28m² ou la quête du saint-Graal

Les codes de l’urbanisme (Article R*111-2 du C.C.H.) ne permettent pas de construire une maison d’habitation inférieure à 14m²  (28m² pour 2 personnes). Bienvenue en France, le pays où l’on vous force à consommer toujours plus, le Grenelle de l’environnement est bien loin…

Quoi qu’il en soit, et même si cette situation me révolte, je dois bien faire avec ! Voici mes recherches pour une maison d’un peu moins de 30m², qui je l’espère rentrera dans notre budget ultra light 🙂

Maison_28m2_0001Maison_28m2_0002Maison_28m2_0003Maison_28m2_0004Maison_28m2_0005Maison_28m2_0006Maison_28m2_0007Maison_28m2_0008Maison_28m2_0009Maison_28m2_0010Maison_28m2_0011Maison_28m2_0012

Le chômage et la nécessité de réduire nos ambitions

Pas d’embauche en CDI chez Panon, juste un beau foutage de gueule avec 2 CDD de 2 mois après 9 mois d’intérim chez eux. Le ral-le-bol du métier s’installe et une reconversion s’impose avant que je pète un plomb !

Mais avant çà, il faut déménager et quitter cet appart merdique. Et pas question non plus de repartir en location.

Il faut donc construire, et si possible avant 2017. Plus d’autre option que de réduire drastiquement cette fois la surface de notre maison. Le plan précédent faisait 49m², pour un budget global d’environ 70.000€. Avec 25.000€ d’apport et un CDI, c’était jouable. Mais maintenant, la donne a changé, c’est 25.000€ point barre.

D’où l’idée de construire une tiny house (coût moyen 15.000€), malheureusement rapidement abandonnée pour des raisons légales de stationnement. Une tiny house, c’est une maison ossature bois posée sur une remorque, pour une surface oscillant entre 8 et 12m² en moyenne. Quelques exemples ici : La baluchon et tinyhouse.com

S’en suit quand même une belle phase de recherche, dont voici quelques rendus 3D pour une remorque de 6m50 de longueur 🙂

Tiny_House_650_version3_0001Tiny_House_650_version3_0002Tiny_House_650_version3_0003Tiny_House_650_version3_0004Tiny_House_650_version3_0005Tiny_House_650_version3_0006Tiny_House_650_version3_0007Tiny_House_650_version3_0008Tiny_House_650_version3_0009Tiny_House_650_version3_0010Tiny_House_650_version3_0011Tiny_House_650_version3_0012

Doux délire… avant la crise de couple

delirium

Voici mon dernier délire architectural, la quintessence de mon jonglage normatif, un doux rêve qui ne verra jamais le jour :

 

La visite virtuelle :

L’extérieur :

Le traquenard des architectes conseil ! (DDT de Bourges)

Vendredi 13 février, j’avais rendez-vous avec Madame Lafay qui descend tous les mois de Paris à Bourges pour conseiller certains projets « problématiques ».
Au départ, la DDT des Aix d’Angillon (qui instruit les permis pour notre secteur) m’avait conseillé de la rencontrer pour mon projet atypique de serre d’habitation. En effet, la DDT n’est apparemment compétente que pour vérifier la conformité du projet aux règles d’urbanisme. Et dès qu’on sort du « standard » (merci les constructeurs « parpaing »), elle soumet les permis à ces fameux architectes/conseil.

Entre temps, j’ai hélas abandonné la serre qui était hors budget. Et de toute façon, l’urbanisation devrait reprendre courant mars, au plus tard le 1er avril (dixit le maire que j’ai rencontré après le conseil municipal du 11 février). 2 bonnes raisons d’enlever la serre du projet (même si on adorait l’idée). Mais j’ai maintenu mon rendez-vous, même si la maison est devenue plus passe-partout sans sa serre autour.

Les photos ci-dessous montrent le terrain nu, l’ancien projet « serre » et son évolution en simple longère :

 

2__Photo2_Incrustation2a_Incrustation

3__Photo3_Incrustation3a_Incrustation

6__Photo6_Incrustation6a_Incrustation

9__Photo9_Incrustation9a_Incrustation

Facades

Arrivé à l’accueil de la DDT de Bourges, je retrouve le responsable de la DDT des Aix d’Angillon (M. Patrick Roland) qui m’informe qu’il a été convoqué à mon rendez-vous aussi. Sympa, j’ai pas été prévenu ! On patiente un bon quart d’heure, j’en profite pour lui exprimer mon ressenti plutôt négatif sur le conseil apporté par le CAUE le 21 janvier.

Enfin, les 2 architectes conseil arrivent (Mme Buffard, paysagiste conseil et Monsieur Lacoudre, architecte conseil DDEA du cher), oui pas 1 mais 2 : nous sommes donc 4 au final, et je me sens un poil pris au piège. (Exit Mme Lafay ?!)

Je commence alors brièvement ma présentation sur la tablette (heureusement que je l’ai emmené, ils ont pas de PC) : la longère est en ossature bois, ancrée sur des pneus remplis de gravier, bardage bois, toiture bac acier (couleur ardoise), dont toutes les ouvertures étaient sur la façade sud, et talus façade nord.

Cet échange reste courtois même si le ton est donné assez vite, c’est eux qui décident : entre monsieur l’architecte qui remet en cause vos compétences (« j’ai 28 ans d’expérience ») et madame qui ne pige pas grand chose et semble un peu à la ramasse, je comprends vite que mon argumentation sur chaque point se heurte à un mur. Et ils veulent modifier mon projet pour qu’il colle à leurs idées…

En vrac, voici les modifs qui m’ont été suggérées / imposées :

  • talus « incompatible » avec le bois (risque de pourriture) sauf à avoir un large débord de toit
  • grosses réserves concernant la « politesse » d’exposer cette même façade (en bardage ou talus) au voisin, sans aucune ouverture (fenêtres)
  • nécessité de masquer les plots de fondation (suggestion des panneaux en fibro/ciment Eternit), pour l’esthétique mais aussi pour les problèmes de rongeur
  • refus du chemin reliant les 2 entrées sur le terrain (« pas de station service »)
  • suggestion à la place d’un seul accès pierré (sur le chemin du vivier) donnant sur l’entrée du garage orientée à l’ouest et non plus au sud (pour des raisons de vue depuis une hypothétique terrasse qui ne fait pas partie du projet)
  • obligation d’intégrer au mieux le compteur EDF
  • suggestion d’un verger séparé (au lieu d’une double haie : haie vive à hauteur d’homme en limite de parcelle + haie fruitière en retrait de 3m)
  • refus en tout état de cause d’une haie de « béton vert » (thuyas)
  • et enfin obligation d’abaisser le seuil des vitrages (1,20m étant jugé trop haut pour un RDC)

A ma surprise, des éléments comme la clôture ou une terrasse ont été abordés dans la réunion, alors qu’on a pas besoin de permis pour çà. Les plots en pneus/graviers, technique reconnue dans AUCUN DTU, ne pose aucun problème, mais on me fait ch…. avec le talus alors que c’est moins risqué. Il a été aussi question de l’entrée sur une route départementale, la réglementation serait différente (sans qu’on m’explique quoi). Qu’est-ce que çà vient faire là-dedans, on est sur une route communale ?!

L’entrevue se termine à la hâte (auraient-ils faim ?), merci et au revoir. Adieu oui, j’espère ne pas les revoir !

Monsieur l’architecte a pris des notes dans son cahier, va-t-il sortir un compte-rendu officiel ? Au sortir de tout çà, certains points semblent négociables, d’autres sujet à véto, mais lesquels au final ? Qui désormais va instruire mon dossier ? Les architectes-conseil seront-ils de nouveau consultés pour ma future demande de PCMI ?

Je suis en train de modifier le projet pour répondre en partie à leurs demandes :

  • disparition du talus de la façade nord
  • un seul chemin
  • intégrer au mieux les compteurs
  • verger séparé éventuellement

Les autres modifs me semblent bien arbitraires et fondées sur des parti pris esthétiques et sans aucun lien avec le RNU. Nous attendons de rencontrer le maire de notre commune, le 24 février, pour en discuter avant de prendre une décision sur la suite.

Les incrustations photos pour mon rendez-vous avec la D.D.T. des Aix d’Angillon

3_Incrustation

Lundi 26 janvier 2015, je vais essayer de convaincre la D.D.T. (Direction Départementale des Territoires) du bien fondé de mon projet.

Il s’agit d’une serre bio-climatique, qui devrait (comme un garage ou une remise) être considérée comme une annexe, et ne nécessiterait donc pas de raccordement au tout à l’égoût.
Car l’arrêté préfectoral nous interdit de bâtir toute maison individuelle, tant que la commune n’aura pas réglé son problème d’assainissement ! Il s’agit donc d’un passe-passe juridique qui me permettrait d’entamer les travaux en attendant que la commune fasse son taf. S’en suivrait un 2ème permis (dans 6 ou 12 mois) pour viabiliser le terrain et déclarer la serre en habitation, mais c’est pas encore d’actualité.

Au téléphone, j’ai eu un feu vert de principe pour un garage, mais quid d’une serre ?!
Réponse lundi…

Voici les photos que je vais leur montrer pour essayer de les convaincre. C’est très sommaire, mais suffisant pour comprendre le projet.

Preview nouveau projet

sketchfab

Comme certains le savent déjà, j’ai démissionné de mon taf de routier fin août.

J’ai fait un peu de programmation « python » sur blender (le résultat de mon taf sur mon autre blog « pro » bd.olidou.com), et j’attaque désormais les nouveaux plans de la maison.

Nouveaux plans car le contexte a changé. Je devais prendre un congé sabbatique pour contruire un maison ossature bois rapidement. Mais il y avait un coût assez important en matériaux de construction (même avec 45m²) et le projet s’enlisait de mois en mois.

Désormais, j’ai tout mon temps et j’ai décidé d’utiliser d’autres matériaux « low cost » boudés en France mais parfaitement sains et bio-climatiques. Le revers de la médaille, c’est leur temps de mise en oeuvre, mais du temps, j’en ai beaucoup désormais…

Laissez le temps aux textures de s’afficher, une petite jauge bleue (au dessus de la vue 3D) indique son chargement. Ensuite, utilisez la souris pour naviguer :
– bouton gauche pour tourner la tête
– molette pour zoomer
– bouton droit pour scroller en haut, en bas, à droite, à gauche.

2ème ébauche de plan

ebauche_sketchup2

Toujours le même plan, toujours dans SketchUp, mais en plus abouti. Histoire de valider les derniers choix esthétiques, surtout au niveau des volumes et du choix du toit. On a retenu 2 options pour la toiture :
– 2 pans inclinés à 25°, bac acier « ardoise » (même si rouge dans SketchUp)
– ou toiture plate, recouverte d’une membrane epdm.

Cette 2ème variante a ma faveur pour plusieurs raisons :
– moins de prise au vent
– facilité de mise en oeuvre
– esthétique plus contemporraine
– prix (économie de 4-5000€)

Je me sers de Sketchup pour valider les cotations, il est très pratique pour çà. Mais pour tout le reste – çàd permis, plan + précis des assemblages, etc… – çà sera fait dans Blender.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour telecharger l’animation « bac acier » :

2ème ébauche (24 Mo)

Cliquez sur le lien ci-dessous pour telecharger l’animation « epdm » :

2ème ébauche (48 Mo)

Le plan final ? (55m²) – la preview en 2D !!

2 ans que je bosse dessus, j’attaque donc la 11ème ébauche qui j’espère sera la bonne ! Cette fois, la maison sera passive, c’est à dire sans chauffage ! Super isolée (40 à 50 cm d’isolant, sans ponts thermiques), bio-climatique (plan compact à orientation sud), équipée d’un puits canadien reliée à une VMC double-flux, et disposant d’une masse inertielle suffisante pour garder la chaleur du soleil (serre activée + capteurs à air reliés à un stockage inter-saisonnier). Le reste du cahier des charges ne change pas : budget le plus bas possible (sans compromis sur le confort et le budget de fonctionnement) donc surface et volume réduits pour limiter la quantité de matériaux à mettre en œuvre. Et abandon d’une maison à étage, on pense à nos vieux jours ! Pour info, le plan est bouclé à 90%, je l’optimise encore par petites retouches. Ci-dessous une première preview en 2D.

plan-preview

Je cogite désormais sur les différents choix techniques/écologiques, et seul le chiffrage peut arbitrer en la matière.

  1. M.O.B. (maison ossature bois)  ou M.P.E. (maison en parpaings semi-enterrée) ? Réponse : ce sera une M.O.B., la M.P.E. coûte plus cher (isolants synthétiques genre verre cellulaire) et ne pardonne pas la moindre erreur (étanchéité bitumeuse, drains…)
  2. V.S. (vide sanitaire) ou hérisson isolé ou plots béton ? Réponse : probablement un mix des 3.
  3. Façade sud verticale ou arrondie genre écoquille ? Réponse : parois droite, l’écoquille complique beaucoup trop les volets.
  4. Bac acier ou toiture végétalisée ? Réponse : bac acier.
  5. Serre attenante ou séparée de l’espace de vie ? Réponse : encore à l’étude.
  6. Domotique X10 ou simples prises à programmation horaire ? Volets et ventilation sur sonde de température et capteurs solaires ? Réponse : encore à l’étude.
  7. Appoint chaleur : gaz, bois, électricité ? Réponse : encore à l’étude.
  8. Quelle part d’énergie renouvelable dans la production d’électricité ? Réponse : encore à l’étude.

Architecte au travail

Beaucoup de réflexion à la maison ou dans le camion, beaucoup de doutes, des passages à vide, une trentaine d’ouvrages (gloups), des centaines d’heures sur le ouaib (re-gloups), quelques salons (dont celui d’Angers), des prises de tête avec Doudou pour qu’elle s’y mette aussi (depuis je bosse seul), et toujours la même obsession qui me taraude l’esprit, jour après jour :

 » – Et si j’avais oublié un truc ?!  »

Oui, j’ai bien oublié un truc, j’ai oublié de gagner au LOTO !!

C’est vendredi 13 bientôt,  non ?!…

4ème plan « bio-climatique »

Plan-passif4-rdc-propre Le 4ème plan « bio-climatique » n’est qu’ une évolution du 3ème : on conserve l’étage et on modifie le rez-de-chaussée. L’ « entrée japonaise » (genkan) fait son apparition. Ornée de noren à notre effigie, elle dessert les WC et l’espace de vie. La cuisine américaine dispose de placards sous la partie haute de l’escalier. Celui-ci en donne aussi en partie basse, pour la salle à manger. Les noren décorent aussi le bar, qui fait la jonction avec la salle à manger. Le cellier fait toujours tampon, discret mais accessible au(x) cuisto(s). La circulation générale est grandement optimisée !
Plan-passif3-etage-propre R.A.S. c’est tout bon !Smiley YES !!

3ème plan « bio-climatique »

Plan-passif3-rdc-propre 1er changement par rapport au plan précédent, la façade « ronde » se transforme en un mur plus classique, aux angles arrondis. 2 raisons à celà :
-1- il est difficile de tracer des cercles aussi grands sur un chantier en auto-construction.
-2- l’arrondi « juste aux angles », permet de créer une toiture classique, sans quoi il aurait fallu adopter une toiture terrasse ou végétalisée (+ beau mais + cher).2ème changement, l’adoption d’une maison évolutive en modules. Les 2 porches et la terrasse ne sont que des options.3ème changement, l’aménagement d’une salle TV/chambre d’ami au R.D.C.

Maintenant les points négatifs. L’espace est devenu très morcelé, les passages étroits, l’escalier casse un peu le volume. On ne peut rien déplacer sans heurter quelque chose. On se sent comme pris dans un filet. Bof, bof…

Plan-passif3-etage-propre L’étage adopte juste le nouvel escalier qui s’intègre mieux. Et les placards mieux pensés et plus simples.

2ème plan « bio-climatique »

Plan-passif2-rdc-propre On améliore le 1er plan « bio-climatique ». Le R.D.C. adopte juste un nouvel escalier à 1/2 tour. Et le bureau des parents migre à l’étage.
Plan-passif2-etage-propre C’est l’étage qui marque un grand changement, avec une 1ère vision d’un espace « zen » et ouvert en lieu et place de l’ancienne terrasse. La suppression du couloir libère de la place pour les chambres. Mais celles-ci ne servent plus qu’au dodo, les mioches feront leurs devoirs dans l’espace « zen » (intitulé « Bureaux » sur le plan). La formule semble bonne, et ce niveau n’évoluera quasiment plus.

1er plan « bio-climatique »

Plan-passif1-rdc-propre Sur ce plan, j’essaie de mettre en pratique tout ce que j’ai appris sur le bio-climatisme en ajoutant un style extérieur qui m’est cher : l’arrondi des façades. On se retrouve donc avec un plan sur 2 niveaux, compact, limitant ainsi les surfaces d’échange (les murs) avec l’extérieur. Les pièces techniques, ou peu usitées, font tampon au Nord, on y limite aussi les ouvertures. Bien, c’est déjà mieux ! Mais le souci du plan, c’est l’escalier qui trône au centre de la pièce de vie (comme dans le 4ème plan « tradi »). Obligatoirement en colimaçon, il doit être magnifique pour vraiment bien s’intégrer, comme ici, ou par ex.
Plan-passif1-etage-propre L’étage s’en sort mieux, mais le couloir d’accès aux chambres est gênant. C’est très classique en somme. Et l’utilité de cette terrasse « au vent », avec 2.000m² de terrain n’est pas évidente. Elle n’est justifiée que par l’absence de toiture compliquée (l’arrondi en façade n’arrange rien). Du coup, un simple toit mono ou bi pente suffit sur les chambres.

Plan en « U »

PlanU-propre Si le plan présenté à Angers ne convenait pas, celui-ci était meilleur. Fini les angles « à la con » et les fenêtres Nord. La terrasse qui se love au centre, comme blottie entre les murs, est toujours présente ! Beaucoup de lumière mais un grand couloir de desserte. Et c’est justement le point qui fâche Doudou. On retourne bosser le plan.

Plan présenté au salon d’Angers

Plan-Angers1 Le gros avantage de ce plan de plein-pied, c’est  l’absence de couloir. On a juste un petit dégagement pour accéder au local technique et au WC. La terrasse qui se love au centre, comme blottie entre les murs, est aussi un vrai plus ! Elle est ainsi abritée des vents et des regards. Par contre, ce plan est difficile à concevoir en madriers, ceux-ci n’aimant que les angles droits ! Idem pour la toiture qui se complique sérieusement. Autre problème, la luminosité : la cuisine exige un Velux, le coin bureau est plein Nord (pas très bio-climatique tout çà, mais à l’époque je ne savais pas), et la chambre parentale dispose d’une grande baie vitrée, totalement inutile pour dormir. Bref, le plan n’est pas optimisé ! « Faut reprendre la planche à dessin p’ti gars ! » Plan-Angers2

4ème plan « traditionnel »

Plan4-rdc-propre Le pallier du 3ème plan posant problème, j’ai décidé sur ce plan de commencer par l’étage. Le pallier se retrouve donc au centre, et sa cage d’escalier aussi ! De belles ouvertures Sud et Est (grandes baies) et réduites à l’Ouest pour éviter les surchauffes estivales. Un niveau très ouvert grâce au bar qui délimite la pièce sans la couper. Seul vrai problème, l’escalier qui doit en mettre plein les rétines (comme , ou ) pour justifier son emplacement atypique. Autre souci que je n’avais pas noté lors des précédents plans, le bureau est un peu coupé du reste de la pièce : le moniteur – placé contre le mur Nord – reflète toutes les baies (très gênant) et le pauvre occupant tourne le dos aux convives !
Plan4-etage-propre Le pallier retrouve une taille normale, légèrement excentrée vers l’Est. Les chambres occupent la même surface habitable mais l’une d’elle perd l’exposition sud ! L’Est n’est pas mal non plus, mais çà me chagrine car l’organisation du mobilier s’en trouve changée. Par contre, gros bonus pour les parents qui peuvent s’octroyer une entrée privée sur la SDB en aménageant une porte dans la cloison (ne figure pas sur le plan). Cette idée de SDB semi-privée perdurera dans tous les plans à venir : elle économise ainsi la « suite parentale (royale ?!) » que l’on retrouve chez certains constructeurs. Pourquoi se payer une 2ème SDB alors qu’une seule suffit ?!

3ème plan « traditionnel »

Plan3-rdc-propre Le R.D.C. tranche radicalement avec les précédentes moutures. L’espace étriqué en « L » du 1er plan laisse la place à un grand volume en « H ». Rappelons que chaque niveau fait moins de 50m² ! Dans ces conditions, toute cloisonnement inutile est à bannir ! Notez que la SDB monte à l’étage pour +  de commodité. Le WC peut suivre aussi, bien qu’il figure toujours sous l’escalier sur le plan. Le cellier, en U inversé (murs porteurs), et fermé par un rideau, une porte Saloon ou coulissante au choix ; se prolonge sur la cuisine attenante en U. Son grand bar supporte aux angles les piliers supportant l’étage (non dessinés sur le plan).
Plan3-etage-propre Si le RDC gagne vraiment en convivialité, ce n’est plus le cas du pallier, étriqué et biscornu qui mange trop d’espace à l’étage ! Pour cette raison, le plan sera abandonné.

2ème plan « traditionnel »

Ce 2ème plan n’est qu’une évolution du 1er. On y trouve une version pleine hauteur pour l’étage et une autre avec « bow-window » pour la chambre parentale.

Plan1-rdc-propre Comme dans tous les plans que vous verrez par la suite, le Sud pointe en bas. En haut à droite sur le plan, l’entrée plein Est (parking voiture) donne sur le salon/bureau. Le bureau/bibliothèque s’inscrit sous l’escalier (le plan indique un WC sous l’escalier, il s’agit d’une variante possible). L’espace de vie en L encadre la salle d’eau et le cellier, les 2 pièces « tampon » du Nord. A noter que le bow-window n’est pas représenté sur ces 2 vues !
Plan1-etage-propre Le pallier de l’étage dessert les 3 chambres, la chambre parentale (au centre) est volontairement réduite par rapport aux 2 chambres enfant. Celles-ci doivent pouvoir accueillir un bureau d’écolier. L’étage est bien conçu avec un petit pallier et 3 chambres « équitables », et cette fois la cage d’escalier n’étrangle plus les + grands sur le pallier grâce à l’adoption d’un abri voiture côté Nord !
Plan 1 Salon Un crayonné du salon qui montre l’escalier « suspendu » au mur du fond, sous lequel on peut loger un bureau ou une bibliothèque par exemple (comme chez Cricri et VinVin).
Plan 1 Salle de Bain La salle de bain : le crayonné vous montre la pièce comme si vous étiez dans la salle à manger, c’est à dire comme si la cloison n’existait pas. Au 1er plan et à gauche, la double vasque ornée d’un grand miroir sur la fameuse cloison manquante. A droite, un meuble de rangement. Dans le fond de la pièce, un mini « couloir » sous arche qui dessert une douche italienne à gauche et les WC à droite. Et au milieu l’espace de circulation, avec un sèche-serviette à gauche, et la porte à droite.
Plan 2 Toit 1 pente façade Plan 2 Toit 1 pente perspective Plan 2 Toit 1 pente pignon L’évolution de ce plan par rapport au 1er, c’est la mise en place d’un bow-window qui court sur les 2 étages. Il permet d’agrandir la chambre parentale et la salle à manger. Vous noterez aussi l’ abri voiture au Nord qui court le long de la maison, et permet ainsi de relever la hauteur sous plafond de l’escalier, particulièrement critique dans la 1ère mouture.
Plan 2 Toit 2 pentes façade Plan 2 Toit 2 pentes perspective Plan 2 Toit 2 pentes pignon La même chose mais avec un toit à 2 pentes pour le bow.

1er plan « traditionnel »

Après avoir feuilleté des dizaines de catalogues constructeur, et écumé tout le ouaib à la recherche de la perle rare ; une évidence s’impose : on ne trouvera pas chaussure à notre pied (ou plutôt maison à notre Vivier) dans l’offre standardisée du marché.

On commence alors à lorgner sérieusement du côté des kits en madriers. En effet, ce mode de construction est accessible aux auto-constructeurs et permet même de gagner en qualité par rapport aux offres « parpaing ». J’ai en effet, à cette époque de + en + de réticence face au « tout béton », je changerai d’opinion par la suite, mais ce n’est pas le débat de ce post ! Donc voilà 1 an qu’on est proprio, et je commence donc à penser à des plans pour notre future maison. En effet, les fabricants disposent bien entendu d’une gamme « catalogue », mais proposent aussi du « sur mesure » sans surcoût rédhibitoire. Quelle aubaine, une maison qui nous ressemblerait enfin à un tarif « abordable ». Ni une ni deux, je m’y colle ! Et voici le 1er jet :

Plan1-rdc-propre Comme dans tous les plans que vous verrez par la suite, le Sud pointe en bas. En haut à droite sur le plan, l’entrée plein Est (parking voiture) donne sur le salon/bureau. Le bureau/bibliothèque s’inscrit sous l’escalier (le plan indique un WC sous l’escalier, il s’agit d’une variante possible). L’espace de vie en L encadre la salle d’eau et le cellier, les 2 pièces « tampon » du Nord.
Plan1-etage-propre Le pallier de l’étage dessert les 3 chambres, la chambre parentale (au centre) est volontairement réduite par rapport aux 2 chambres enfant. Celles-ci doivent pouvoir accueillir un bureau d’écolier. L’étage est bien conçu avec un petit pallier et 3 chambres « équitables », mais la sortie d’escalier (lorsqu’on arrive sur le pallier) est très basse de plafond, la faute au toit à 2 pentes. Ceci ne facilite pas les déménagements de meubles, sans compter la gène récurrente pour les grands !
Plan 1 Salon Un crayonné du salon qui montre l’escalier « suspendu » au mur du fond, sous lequel on peut loger un bureau ou une bibliothèque par exemple (comme chez Cricri et VinVin).
Plan 1 Salle de Bain La salle de bain : le crayonné vous montre la pièce comme si vous étiez dans la salle à manger, c’est à dire comme si la cloison n’existait pas. Au 1er plan et à gauche, la double vasque ornée d’un grand miroir sur la fameuse cloison manquante. A droite, un meuble de rangement. Dans le fond de la pièce, un mini « couloir » sous arche qui dessert une douche italienne à gauche et les WC à droite. Et au milieu l’espace de circulation, avec un sèche-serviette à gauche, et la porte à droite.
Plan 1 Velux en façade La façade bénéficie de 2 baies vitrées dans l’espace de vie principal. Un maximum de lumière pour cet espace profond Plan 1 Velux pignon
Plan 1 Chien Assis en façade Là, c’est la variante avec chien assis : + cher évidement ! Mais avec le double avantage de libérer un peu d’espace et d’éviter les surchauffes estivales ! Plan 1 Chien Assis pignon